CRAYONS DE SOLEIL
ATELIER D'EXPRESSION ARTISTIQUE

On 14 October, the World Future Council awarded the Future Policy Award for the best laws to end violence against women and girls, in collaboration with UN Women and the Inter-Parliamentary Union, in Geneva. The Art of Co-Creating Peace

A particular gift in 2014 was the magic of co-creating with a panoply of renowned global artists, and finding in each one of them a kindred spirit deeply dedicated to peace & humanity. With deep admiration for your work, and great enthusiasm for our continued collaboration, I thank you all: Musicians: TheBahatizz (DRC); Mira Black (Canada/India); John & Beatrice Fox (Canada First Nations), Enzo Ikah (DRC), Yolande Ambiana (Cameroon-UK); Myrissa Lai (USA), Estelle Hughes (Cameroon); Artists: Tanisha Bhana (South Africa); award-winning humanist artist William Kelly (Australia); Nathalie Roulet (Switzerland). Filmmakers: Charlotte Sawyer (UK) and Third Bridge Media; Emma Slattery (UK) Elif Tibet (Turkey); Taghreed Elsanhouri (Sudan/ UK); Ronnie Cowan (US); Warren McNeill (Canada); Jeff Land (US);

Special thanks to renowned poet, publisher and collaborator Robert McDowell (US), artist and muralist Thomas Christian.

Wolfe (US) and designer Bogdan Osep (Slovenia), for your creative input!

This painting was offered to me on 25 November 2014, at our performance in Geneva for the UN.

Rama Mani

Day to End Violence Against Women, by artist Nathalie Roulet. Nathalie said she painted it on her knees, moved to tears by the stories of women portrayed in my performances. Thank you Natalie for this gift that reaffirms the power of art to depict and transform the human condition.

Rama Mani
www.risingwomenrisingworld.org

Article paru dans Babybook

Peinture, acrylique, gouache, découpage, sculpture,… Autant d'activités manuelles que de tubes de gouache dans cet atelier. Situé à deux pas du Parc La Grange à Genève, Nathalie Roulet accueille les enfants quelque soit leur niveau de connaissance artistique. Selon Nathalie « seule la pratique régulière permet de prendre de l'assurance et de progresser ». Des cours sont donc proposés le soir après l'école, les mercredis, samedis et pendant les vacances scolaires. Plusieurs grands thèmes sont proposés dans l'année. Chaque élève suit à son propre rythme. Il n'y pas plus de douze enfants par groupe. Deux fois par an, les travaux des élèves sont exposés lors d'un vernissage festif. Des cartons d'invitation sont offerts aux enfants pour inviter famille et amis. De vrais artistes!

Petit artiste deviendra grand

 

Article paru dans le journal Coopération du 23 septembre 2014

Rédactrice : Joëlle Challandes
Photographe: Patrick Gilléron Lopréno 

imagecoopération.jpg

Ils ont entre 6 et 11 ans et suivent des cours de peinture à Genève. Quand la météo le permet, leur enseignante les emmène volontiers en plein air. Leur mission du jour: esquisser le ciel et l’eau. Reportage.

Un crayon, une gomme et une feuille de papier pincée sur une planche en bois. Ainsi équipés, onze enfants quittent l’atelier genevois Crayons de soleil. Ils suivent Nathalie Roulet, qui leur donne chaque semaine un cours de peinture d’un peu plus d’une heure et demie. Cette fin de jeudi après-midi ensoleillé, elle les emmène prendre l’air: «Avant de découvrir le travail d’autres peintres, on va voir ce qu’on sait faire, en observant le ciel et le lac, en dessinant des nuages – si on en trouve – et de l’eau.»

Quelques centaines de mètres plus loin, ils rejoignent le parc La Grange, ravis. Assis dans l’herbe, face au lac, ils se concentrent sur l’horizon et aperçoivent des nuages sur le Jura. «Est-ce qu’on est obligé de dessiner seulement le ciel et l’eau ou on peut aussi choisir un bateau à moteur super cool?» Eliott (10 ans), est fan de bateaux en tous genres. L’envie de dessiner une gondole le prend soudain… Nathalie replace habilement le groupe la tête dans les hauteurs, en mots et en hachures: «Les nuages sont blancs en ce moment. De quelle couleur seraient-ils si c’était le soir et que le ciel était orange?» «Rose!» Elle confirme qu’étant donné que les nuages sont faits avec de l’eau, ils changent de couleur selon la lumière, comme l’eau.

Attentifs, les peintres en herbe élaborent leurs croquis, sous le regard attendri de deux mamies en promenade et l’air intrigué d’un jeune homme interrompu dans sa lecture. «Ils font appel à ce qu’ils ont en eux pour développer leur créativité. Avec un même modèle, il n’y a pas deux enfants qui proposeront le même dessin», se réjouit Nathalie Roulet, qui enseigne le dessin et la peinture depuis dix ans.
Libre dans ses élans artistiques, chacun se fait plaisir. «Je demande à mes élèves de se respecter, de respecter les autres et le matériel», précise la Genevoise. Elle guide ses élèves au bord du lac. Assis sur un muret, ils ferment un œil et regardent l’eau à travers leurs doigts reliés formant un carré, distinguant ainsi mieux ses contrastes. «Nous faisons des esquisses. Ce n’est pas grave si nous ne les terminons pas. L’important, c’est que notre œil ait enregistré les informations. Nous pourrons alors peindre les nuages et l’eau à l’atelier», leur explique la formatrice.
En retraversant le parc sur le chemin du retour, Lena (6 ans et demi) et Charlotte (7 ans et demi) gardent les yeux fixés dans le ciel, suivant le vol d’une nuée d’oiseaux. Elles les dessineraient bien! Mais l’heure tourne. Il faut rejoindre l’atelier. La prochaine fois, ces enfants feront des aquarelles de leurs croquis. Et découvriront des peintures célèbres représentant le ciel et l’eau. Quand un enfant et une œuvre se rencontrent, les médiateurs culturels regorgent d’idées pour diffuser le savoir de manière légère. Une expérience à vivre en famille les après-midi du 21 au 26 octobre au Musée d’art et d’histoire de Genève!

Lien vers l'article